Évitons le trait d’attaque devant les lettres rondes!




Pour avoir une écriture cursive fluide, il est essentiel que le geste d’écriture soit aussi simple que possible. Je vous résume dans cette petite vidéo pourquoi il ne faudrait pas de trait d’attaque devant les lettres cursives rondes c o a d q et g.







Pour ceux qui n’auraient pas le temps de visionner l’intégralité de ce cette vidéo, en voici le résumé (spoiler alert : l'explication qui suit est un peu technique, mais cela vous expliquera pourquoi en CE2-CM1 les "a" de vos élèves se transforment en "u" ou en "o").


Lorsque j'écris les lettres rondes c o a d q g, vous remarquerez que je ne trace jamais de trait d'attaque.



Le geste optimal pour le tracé des lettres rondes commence en haut à droite et tourne dans le sens inverse des aiguilles d’une montre (comme les boucles).

  • Un trait d’attaque ajoute une difficulté à l’écriture de la lettre

  • Ce trait supplémentaire ralentit l’écriture.

  • Par contre ce trait supplémentaire n’apporte pas plus de lisibilité.

  • Mais surtout, pour un enfant qui apprend à écrire, ce petit trait d'attaque peut vraiment poser des problèmes plus tard

Si ce trait d’attaque se fait sans lever le crayon, les conséquences ultérieures sont très fréquemment catastrophiques sur la lisibilité de l’écriture. En effet les lettres rondes vont se déformer lorsque l'élève tentera d'accélérer son rythme d'écriture dans les années suivantes. Vous avez un élève qui a ses "a" qui ressemblent à des "u"? Ne cherchez pas trop loin l'explication : il est très probable que ce soit le trait d'attaque lié (le fait qu'on ai enseigné le geste sans saut de crayon) qui ait causé cette déformation. En accélérant la lettre se déforme progressivement.


Pour comprendre comment cela arrive, il est important de bien comprendre qu'en cursive les lettres rondes sont constituées d'une demi-boucle. Je m'explique : si vous écrivez l'enchaînement des trois lettres "e c e", il est bien visible que le c ressemble vraiment à un e auquel il manque une partie. Il peut se construire comme une boucle dont on aurait ôté la première moitié car le crayon volait au dessus de la feuille sans laisser de trace. Toutes les autres lettres rondes se font également en commençant comme le c puis en complétant avec un geste supplémentaire. Par exemple le a est un c suivi d'un petit pic (semblable au i sans le point). la lettre d est un c suivi du même pic qu'un t.




Certaines personnes pensent qu'en liant les lettres avec un trait d'attaque et sans lever le crayon on obtient un geste plus fluide.

De mon expérience, cette manière de faire qui semble sans conséquence au CP, génère de grave soucis d'écriture dans la suite de la scolarité.


Lorsqu'on introduit un trait d'attaque devant les lettres rondes, les élèves ont tendance à vouloir effectuer le c en traçant la partie haute à partir du trait d'attaque (donc en tournant dans le sens horaire) puis à revenir sur leur trait pour enfin finir la partie basse (donc en sens anti horaire). Outre que ce changement de direction ralentit l'écriture, cette habitude va être très difficile à maintenir lorsqu'ils vont accélérer : les traits de la partie haute ne vont plus se superposer, la partie haute va se raccourcir, et le a va s'ouvrir de plus en plus : le "a" va se transformer en "u".



Certains enfants, en se rendant compte que cette ouverture en haut a besoin d'être comblée, vont vouloir compléter le trait après avoir fini la queue du a. Ils complètent donc le haut de la lettre, mais ils se retrouvent alors avec le stylo en haut à gauche, et redescendent en travers de la lettre. On obtient alors un a qui ne ressemble plus du tout à un a.




Ces problèmes ne sont pas forcément visibles au CP, mais se révèlent plus tard.


En clair, en écriture cursive française, on ne met pas de trait d’attaque aux lettres rondes, qui commencent toutes à droite (avec un saut de crayon pour arriver à cette position), et se terminent aussi à droite. C'est ce qu'il y a de plus simple au moment de l'apprentissage, et de plus efficace pour le futur de l'élève également.




Pour aller plus loin,


Un autre exemple de soucis qui apparaissent avec l'accélération : les oeilletons


La progression pour bien automatiser la forme des lettres est disponible sous forme de petites fiches à télécharger dans la page outils pédagogiques.

Pour l'enseignement de la tenue de crayon, je vous recommande ce petit livre d'explication que je vous met à disposition en téléchargement (gratuit) ici.


Les rituels et exercices décrits dans ce guide sont également expliqués sur d'autres articles de mon blog :


Et pour ceux et celles qui sont intéressés et veulent en savoir plus sur ces aspects de l'enseignement de l'écriture il m'arrive d'organiser régulièrement des formations en visio-conférence sur ce sujet (en général le mardi soir à 20h30). Regardez les dates sur la page formation.


Je fait régulièrement un module spécifiquement consacré à la formation des lettres, mais furetez il y a plein d'autres modules de formation sur l'enseignement de l'écriture.


3,539 vues0 commentaire

© 2017

par Anne-Gaël Tissot Sos-écriture
 

Mentions légales