Ecriture cursive et trisomie


trisomie et écriture

Les personnes possédant trois chromosomes 21 peuvent elles bien écrire? La réponse est évidemment oui. Une récente étude montre que la qualité des tracés et les temps de production des adultes avec une trisomie 21 se caractérisent par un niveau d’efficience comparable aux enfants de même âge de développement mental. Les adultes trisomiques étudiés ne présentent pas par ailleurs de déficit graphomoteur spécifique. Mais comme pour d’autres apprentissages, le parcours des enfants trisomiques va être nécessairement différent.


Un enfant trisomique présente des différences de latéralisation, de tenue de crayon et de repérage spatial par rapport à d’autres enfants qui vont rendre son apprentissage de l’écriture nécessairement plus difficile. Je vous propose ici un petit résumé des spécificités de ces enfants vis à vis de l’apprentissage de l’écriture cursive.


Tout d’abord l’enfant trisomique a une morphologie et un développement particulier de la main, qui va grandement influencer sa tenue de crayon : La main est plus petite, plus large, plus trapue. Les doigts sont courts, surtout le cinquième et le pouce. Le squelette de la main de l’enfant trisomique 21 est (en général) constitué de 23 os au lieu de 27 (voir Chumlea 1979, Erhardt, 1982, Edwards, 1995).


radiographie main à la naissance : b non-trisomique, c : trisomique 21

Le pouce est en général positionné plus bas, et il existe souvent une déviation du cinquième doigt très caractéristiques, avec parfois un seul pli de flexion ( et une absence ou une atrophie caractéristique de la deuxième phalange). En général, les articulations de la main sont très mobiles. Compte tenu de l’absence, de la petite taille ou de la croissance lente de certains os du carpe, on a supposé que cela pouvait modifier les arcs de la main qui sont fondamentaux dans les fonctions de préhension et de stabilité de la paume de la main, conditionnant la liberté des doigts. L’hypotonie des muscles de la main peut limiter l’utilisation manuelle, diminution motrice qui en retour affecte le système des arcs de la main.

L’évolution de la préhension de l’enfant trisomique est semblable à celle des autres enfants jusqu’à l’âge de 3 ans. Puis l’hypotonicité et l’absence de pli palmaire entrainent une destruction de la prise «pince», une imprécision du geste et une réduction de la sensibilité. A terme, on observe une chute de la qualité de la préhension à l’âge ou il découvre le crayon…

Naturellement, l’enfant trisomique développe une tenue de crayon haute et immature avec en général une prise palmaire (toute la paume de la main tient le crayon). La pression est souvent excessive et la crispation de la main sur le stylo gène la progression.


L’hypotonie musculaire et l’hyperlaxité ligamentaire modifient également la motricité manuelle. Les capacités de discrimination tactile et le déliement digital sont également plus faibles. On observe donc peu de corrections et nécessairement une répétition plus élevée des erreurs.


Le développement de la latéralisation se fait aussi en général plus tard, vers 8 ans au lieu de 4 ans habituellement.


La lenteur, caractéristique des enfants trisomiques, retentit sur toutes les étapes du mouvement. L’exigence de vitesse détériore donc les performances de l’écriture cursive.


L’enfant trisomique présente généralement des postures inadéquates dues à des anomalies de statique (ex : tenue de tête, position du buste) et des différences sensorielles. Les positions d’équilibre exigeant un contrôle visuel constant, il leur est alors difficile de mobiliser précisément des segments de leur corps ne se trouvant pas dans le champ visuel.

Or je vous ai déjà expliqué que la posture joue un rôle clef dans le geste d’écriture.


On note aussi des difficultés d’appréhension de la gestion statique l’espace graphique: l’enfant trisomique ayant parfois des stratégies de recherche peu organisées, une négligence de ce