5 raisons d'éviter les cahiers d'écriture pour gauchers :

Mis à jour : avr. 15




On voit souvent fleurir sur les cahiers d'écriture "spécial gauchers" des modèles d'écriture positionnés à droite de la page.




Cela pourrait sembler être une bonne idée et une adaptation interessante pour nos élèves gauchers.


En fait ces modèles sont gênants pour les gauchers pour plusieurs raisons que je vais vous détailler ici.


1-Le regard : Le jeune élève qui commence sa ligne à gauche doit porter son regard alternativement de droite à gauche entre le modèle et ce qu'il écrit. Or ces changements de regards (avec souvent les mouvements de la tête associé) sont une source de perturbation et de difficultés supplémentaires pour les gauchers. Bien sur quand ils ont fini la ligne, le regard de contrôle entre le modèle et ce qu'ils écrivent a moins de distance à parcourir, mais en général à la fin d'une ligne où ils ont répété les même mots, le besoin de ce contrôle visuel est moins utile.


2- La gestion de l'espace : En même temps qu'on apprend à écrire, on apprend à lire. Or en proposant un modèle à droite de la page, on a une présentation du texte qui n'est pas habituelle, et qui ajoute un facteur de confusion important dans la compréhension qu'acquièrent les élèves de la gestion de l'espace du texte.


3- La gestion de la fin de ligne : Bien souvent l'élève va avoir du mal à évaluer la place restante et va manquer d'espace pour terminer son dernier mot. Il va donc télescoper son écriture avec le modèle qui va donc le gêner pour terminer sa ligne.


papier gurvan

Lorsqu'il y a de l'espace libre en bout de ligne il peut mieux gérer son dernier mot. Sur le papier gurvan, je propose même une zone à droite délimitée par une ligne pointillée pour permettre d'anticiper la fin de ligne chez les élèves les plus jeunes qui ont encore du mal à gérer l'espace de la feuille.


4- La rupture de symétrie : Il arrive que les modèles à droite favorisent une écriture à l'envers, en miroir. En effet certains élèves partent naturellement du modèle pour s'en éloigner. Il vont alors adapter leur geste pour reproduire l'écriture de droite à gauche. On sait depuis longtemps que les très jeunes scripteurs passent par une phase où les deux sens d'écriture leur semblent équivalent, avant de briser cette symétrie en intégrant le fait qu'un seul des deux sens (de gauche à droite pour notre alphabet latin) se pratique. Cette phase dure en général peu de temps et ne se prolonge que très rarement ( au passage je précise que ce n'est pas forcément un signe de dyslexie et que ce n'est pas plus fréquent chez les gauchers que chez les droitiers. On peut revoir à ce sujet cet article de vulgarisation de Jean-Paul Fischer, université de Lorraine). Les modèles à droite risquent donc de perturber les enfants dans cette phase cruciale de rupture de symétrie.

exemple d'écriture en miroir produit sous contrainte spatiale - JP Fischer

5- La perturbation entre plusieurs présentations : Ces modèles à droite ne peuvent être évidemment proposés qu'en début d'apprentissage, lorsque le modèle n'est pas plus long qu'un mot. Dès qu'il s'agira de proposer une phrase de plusieurs mots à copier, les éditeurs de ces cahiers "spécial gauchers" vont commencer la phrase-modèle à gauche. Ces changements de position du texte à copier perturbent les enfants : c'est une difficulté supplémentaire pour l'élève gaucher que de devoir changer une habitude récemment acquise.


Rappellons que lorsqu'il positionne bien la main sous la ligne, l'élève gaucher n'a pas de raison de cacher le texte qu'il copie avec sa main (ni d'étaler l'encre de son stylo, ce qui est une des idées reçues les plus répandues sur les gauchers et l'écriture). Pour bien mettre la main sous la ligne, je propose régulièrement l'usage des ardoisettes gurvan (avec une ligne basse de danger matérialisé par un monstre à éviter - vous la trouverez à télécharger sur la page outils pédagogiques) qui est particulièrement efficace pour apprendre cet automatisme.


Bien sur, tous les cahiers pour gaucher ne sont pas à déconseiller, mais ceux qui proposent de mettre les modèles à droite de la page ne me semble pas aider nos élèves. Je ne vois donc pas de bonne raison de proposer un modèle d'écriture à droite pour les gauchers, et beaucoup d'iconvénients : de mon point de vue c'est une fausse bonne idée, et cela n'aide pas nos élèves.


J'espère vous avoir convaincu.


Lorsqu'on écrit de la main gauche, il n'y a pas de secret :

  • il faut être bien installé, avec un mobilier adapté en taille (ce qui est valable aussi pour les droitiers !)

  • il faut pencher le cahier de manière à ce que le bras gauche soit parallèle au bord de la feuille (donc en miroir de ce que l'on propose aux droitiers, avec un angle même très légèrement supérieur)

  • Il faut mettre la main sous la ligne d'écriture ( ce qui est toujours valable pour les droitiers)

Vous trouverez ces points résumés dans la petite infographie suivante (téléchargeable dans les outils pédagogiques si vous voulez l'imprimer pour la classe).


Pour aller plus loin sur ce sujet :

  1. l'écriture des gauchers

  2. pourquoi faut-il soigner le modèle que nous donnons à nos élèves?

  3. une police d'écriture pour réaliser vos modèles d'écriture

  4. la tenue du crayon pourquoi c'est crucial?

  5. la rééducation de l’écriture marche aussi pour les gauchers

  6. et une question bizarre qu'on me pose parfois : la longévité des gauchers est elle différente de celles des droitiers?

Et pour ceux et celles qui sont intéressés et veulent en savoir plus sur les adaptations de l'enseignement de l'écriture pour les gauchers, il m'arrive d'organiser régulièrement des formations en Visio-conférence sur ce sujet (et d'autre) en général le mardi soir à 20h30. Regardez les dates sur la page formations. Vous y trouverez un module spécifiquement consacré à la tenue de crayon et à la posture, mais furetez il y a plein d'autres thèmes de formation sur l'enseignement de l'écriture.

Un peu de bibliographie (parce qu'un peu de lecture ne fait jamais de mal) :

  1. Ajuriaguerra : Les gauchers – PUF, 1963

  2. Auzias : Enfants gauchers, enfants droitiers – Delachaux 1975

  3. Azemar G : La latéralité chez l’enfant et l’adolescent – Editions universitaires, Paris, 1969

  4. Cady S : Latéralité et image du corps – Paidos, 1988

  5. Calza A et Contant M : L’unité psychosomatique en psychomotricité – Collection Psycho- thérapies Corporelles, Masson, 1989

  6. Dailly R Moscato M : Latéralisation et latéralité chez l’enfant, Mardago, Bruxelles, 1984

  7. Dolto F : L’image inconsciente du corps – Seuil, 1984

  8. Dupasquier M.A : Les gauchers du bon côté – Hachette, Paris, 1987

  9. Fagard J. : Développement des habiletés de l ’enfant : coordination bimanuelle et latéralité. Paris, CNRS éditions, 2001

  10. Fritsch W : La gauche et la droite, vérités et illusions du miroir – Flammarion, 1967

  11. Gardner M : L’univers ambidextre – Seuil, Paris, 1985

  12. Gribenski A : La posture et l’équilibration – PUF, 1973

  13. Haag G : La mère et le bébé dans les deux moitiés du corps – Revue de Neuropsychiatrie de l’enfance, 33, 1985

  14. Hatwell Y : Toucher l’espace – Presses Universitaires de Lille 1986

  15. Hecaen H : La dominance cérébrale. Une anthologie – Paris, Mouton, 1978

  16. Le Boulch J : Vers une science du mouvement humain – Introduction à la psychocinétique – ESF 1982

  17. Lurçat L : L’enfant et l’espace – PUF, 1973

  18. Marrion J : L’organisation générale de la motricité – La revue du praticien, Paris 59, 1980.

  19. Sami Ali : Corps réel – corps imaginaire – DUNOD 1984

  20. Sami Ali : Le corps, l’espace et le temps – Dunod 1990













466 vues0 commentaire