Ecriture cursive : Arrêtons d'enseigner les oeilletons!

Mis à jour : avr. 15


Notre belle écriture cursive a pour caractéristique un petit ornement qu'on appelle l'oeilleton : on le retrouve typiquement comme une petite boucle à la fin de la lettre b, dans le o, ou encore en haut de la lettre r. Ces oeilletons correspondent à des points où l'on doit gérer un changement de direction.


Ils sont tellement habituels, que l'on pense que c'est une caractéristique essentielle de l'écriture, voire même que cela fait partie intégrante de l'esthétique de la cursive française.


Je sais que je vais décevoir beaucoup de puristes, mais à mon avis, il ne faut pas enseigner ces oeilletons. Je vais même aller plus loin (et me faire nécessairement quelques ennemis) : enseigner ces oeilletons au CP est nuisible.


Je m'explique :


Premièrement, les oeilletons sont des points de demi tour dans l'écriture cursive. On peut les remplacer par un demi-tour sur place. Ils ne sont absolument pas nécessaires à la reconnaissance de la lettre (on reconnait très bien le b si l'oeilleton est réduit à un point). Même la lettre o sans oeilleton est aisément différenciable du a : la lettre o se termine en haut, la lettre a, en bas.


Deuxièmement, les oeilletons complexifient énormément la forme de la lettre. Tant et si bien que souvent, les enfants se focalisent sur l'oeilleton au détriment de la lettre. Résultat: les oeilletons sont souvent démesurés, se finissent parfois en bas et viennent ralentir le geste.


Mais il y a plus grave : Ce qu'il faut savoir c'est que la taille des oeilletons augmente avec la vitesse d'écriture. Or, durant leur scolarité, nos élèves vont beaucoup accélérer. Pour certains élèves ces oeilletons deviennent envahissants et gênent la lisibilité de leur écriture : on ne voit plus qu'eux !


Alors que, si l'on apprend à tracer les lettres sans oeilletons au départ en CP, on va les voir apparaitre naturellement en CE2-CM1 quand les enfants vont accélérer.


évolution des oeilletons avec l'accélération

J'ai une mention spéciale pour la lettre o qui est souvent enseignée avec un oeilleton imposant. Il a souvent tendance à être trop gros comme dans l'exemple suivant :


l'oeilleton a aussi souvent tendance à descendre trop bas sur la ligne, rendant la reconnaissance de la lettre difficile.


Mon cabinet étant localisé à Obernai en Alsace, je ne pouvais pas ne pas vous montrer cette déformation tout à fait alsacienne de la lettre o : l'oeilleton en bretzel


Mais souvent les déformations des oeilletons sont moins drôles à voir : regarder cet exemple où l'oeilleton de la lettre s prend toute la place. On ne reconnait presque plus du tout la lettre s, et seul le contexte nous permets de lire :


Alors, oui, les oeilletons sont jolis, et oui, ils font parti de l'esthétique de l'écriture cursive française. Mais ce ne sont que des ornements qui correspondent à une accélération du geste. Les choses les plus simples étant souvent les meilleures, ne vous embarrassez donc pas de ces fioritures lors de l'apprentissage en CP-CE1. Indiquez juste les points où l'on fait un demi-tour sur place. Les oeilletons apparaitrons tous seuls quand les élèves accélèreront et personnaliseront leur écriture.



Pour aller plus loin :


Et pour ceux et celles qui sont intéressés et veulent en savoir plus sur l'enseignement de l'écriture il m'arrive d'organiser régulièrement des formations en visio-conférence sur ce sujet (en général le mardi soir à 20h30). Regardez les dates sur la page formation. Vous y trouverez un module spécifiquement consacré à la formation des lettres, mais furetez il y a plein d'autre thèmes de formation sur l'enseignement de l'écriture.

12,889 vues1 commentaire